Soldes e-commerce, 25 jours avant lancement… Avez-vous vraiment tout prévu ?

Alors que tous les regards se portent aujourd’hui sur les ventes de Noël, un autre événement incontournable se profile dans le monde du commerce, celui des soldes d’hiver, qui débuteront le 8 janvier 2014.

Crise oblige, cette période de cinq semaines représentera pour les enseignes une part non négligeable de leurs ventes annuelles, et les sites de e-commerce capteront cette année encore une part croissante du gâteau.

Pour beaucoup de sites marchands, les soldes d’hiver revêtiront donc une importance stratégique pour leurs résultats 2014. Il est donc essentiel qu’ils s’y préparent au mieux, afin de mettre toutes les chances de leur côté pour être sûr de ne rater aucune vente.

Durant cette période, la première journée est cruciale, le trafic sur le site peut être multiplié par trois et le nombre de commandes par 10 par rapport à une journée classique, avec des chiffres encore plus importants lors de la première heure.

La plate-forme e-commerce doit donc être dimensionnée pour absorber ce trafic exceptionnel et brutal

Compte tenu des enjeux commerciaux et de la concurrence exacerbée régnant sur le marché, il est clair que cette préparation ne supporte aucune improvisation, car une indisponibilité ou même un ralentissement du site se paye au prix fort. Tout se joue au cours de la première journée voire de la première heure !

Six Français sur dix prêts à revendre leur cadeau de Noël

image

Le phénomène prend de l'ampleur année après année. Moins complexés, les Français se débarrassent plus facilement des cadeaux qui déplaisent ou qu'ils reçoivent en double.

Vous êtes prévenus: les cadeaux de Noël que vous avez parfois eu du mal à trouver, en pleine bousculade dans les magasins, pourraient être immédiatement revendus par leur propriétaire. De préférence avec leur emballage. Avant même de savoir ce qu'ils vont recevoir au pied du sapin, 57% des Français se disent en effet prêts à se débarrasser de leur cadeau cette année, d'après une étude OpinionWay/PriceMinister-Rakuten, soit 10% de plus que l'an dernier. En 2011, ils n'étaient que 30% à avouer avoir déjà revendu leur présent de Noël. «La tendance, renforcée par la crise qui dure depuis 2008, se confirme. Les Français ont un rapport décomplexé à la consommation», note Olivier Mathiot, cofondateur et directeur marketing et communication de PriceMinister-Rakuten.

Les cadeaux qui devraient faire les frais de cette pratique sont principalement ceux de la famille éloignée (56%), des collègues (43%), des amis (29%) et des beaux-parents (27%). Les jeunes seront les plus prompts à revendre ces présents: 63% des 18-24 ans et 73% des 25-34 ans sont prêts à passer à l'acte cette année. «La jeune population, plus à l'aise avec les nouvelles technologies comme les applications mobiles, fait cela très facilement. Mais le profil des revendeurs est très large. Il y a aussi des retraités!», assure Olivier Mathiot.

Le phénomène semble donc faire partie intégrante de Noël. D'après cette étude, 42% des Français estiment que revendre son cadeau est «légitime» en ces temps de crise. Seuls 18% se disent choqués. Le sujet reste malgré tout tabou: 83% (+6 points) des personnes interrogées se gardent bien de dire à l'auteur du cadeau revendu ce qu'il est advenu de son présent et plus de sept Français sur dix (73%) se déclarent «gênés» à l'idée que ce dernier puisse l'apprendre.